Le CERFIG organise avec le soutien de l’Ambassade de France et la participation de la rédactrice en chef de la revue Lectures, Agnès Cavet, un atelier d’écriture qui aura lieu du 18 janvier au 14 mars 2021 au CERFIG à Conakry (Campus Hadja Mafory BANGOURA, Bloc des professeurs, Donka). La participation au séminaire est gratuite mais fera l’objet d’une sélection. Le nombre de participants est limité à 30 personnes, 15 en sciences médicales et 15 en sciences sociales.

Toute personne intéressée par le séminaire et ayant un niveau au moins de Master est invitée à candidater. Les étudiants autant que les enseignants chercheurs ou chercheurs indépendants sont les bienvenus.

Le séminaire consiste en 8 journées de formation sur deux mois, en présentiel au CERFIG (Dixinn) : une journée par semaine. Deux groupes de 15 candidats chacun seront constitués (chacun composé de 7 candidats en sciences médicales et de 8 candidats en sciences sociales). Les séances auront lieu selon les groupes le lundi ou le jeudi. Dans le cadre de cet exercice, il s’agira de maîtriser les codes de la citation, de l’argumentation et de la discussion scientifique ainsi que les bases de l’écriture scientifique. Il sera demandé aux participants d’être présents à toutes les séances et d’effectuer des travaux pratiques entre chaque session (lecture d’ouvrage, rédaction de textes, etc.). Les participants seront également encouragés à rédiger un compte rendu de lecture qui pourra être publié dans la revue Lectures (https://journals.openedition.org/lectures) à l’issue de la formation.

Le dossier de candidature comporte :

  • Votre CV (comportant une photo d’identité)
  • Une lettre de candidature de 5 pages incluant :
  1. Votre présentation et votre motivation à participer au séminaire (1 page)
  2. Votre parcours (1 page)
  • Un exemple de projet de recherche (3 pages) que vous avez mené ou que vous êtes en train de mener (article scientifique, dissertation ou mémoire de recherche, projet de thèse ou de recherche, etc.), argumenté et référencé, incluant une bibliographie
  • Une liste des trois derniers livres que vous avez lus au cours de l’année (référence bibliographique).

Merci d’envoyer vos candidatures avant le 30 décembre 2020 à l’adresse suivante : nounkoumba.doumbouya@cerfig.org.

Toute candidature reçue après cette date ne sera pas prise en compte. Les résultats de la sélection seront communiqués aux candidats dans la 1ère quinzaine de janvier 2021.

Le jeudi 3 décembre 2020 s’est déroulé l’atelier de restitution des résultats préliminaires du programme ARIACOV, « L’ombre portée d’Ebola sur l’épidémie de SARS-COV-2 : Analyse anthropologique de la Covid-19 en Guinée » au Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG). Cet atelier, également retransmis en ligne, organisé par le CERFIG (Centre de Recherche et Formation en Infectiologie de Guinée) et le RAEE (Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes) en partenariat avec Sonar Global et l’IRD, visait à présenter les résultats préliminaires du programme de recherche ARIACOV-SHS (IRD, AFD) et Covid en Guinée (AMREF, AFD) portant sur l’analyse des effets individuels et collectifs des politiques de lutte contre la Covid-19 et de l’expérience de l’épidémie en Guinée. En présence d’une soixantaine de participants – une vingtaine en présentiel et une quarantaine par visio-conférence – les chercheurs en sciences sociales du CERFIG ont présenté les résultats issus de leurs premières recherches de terrain.

Cet atelier a permis de partager le résultat des recherches préliminaires avec les équipes, les autorités de santé en Guinée, les organismes nationaux et internationaux impliqués dans la recherche et la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les organisations humanitaires, mais également le grand public invité via la vidéo-conférence.

  • Session d’ouverture

Cette session a présenté le déroulé de la journée d’atelier, ainsi que les actions de recherche du programme ARIACOV en Guinée, du CERFIG, du RAEE et de Sonar Global. Frédéric Le Marcis a présenté le contexte global de l’épidémie de Covid-19 en Guinée et ses évolutions depuis mars 2020. Son intervention a été suivie par la présentation du Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes (RAEE) par Alice Desclaux et du réseau Sonar Global par Anthony Billaud, présentant notamment les actions de recherches, de partenariat et de diffusion de la recherche de ces deux réseaux. Moustapha Keita Diop est ensuite intervenu sur les stratégies de ripostes contre la Covid-19 en Guinée et les réalités de terrain. Le public en présentiel et en ligne a par la suite participé à une discussion d’une vingtaine de minute sur les thématiques abordées.

  • Session Enjeux des mesures pour les acteurs

Cette session s’est concentrée au travers de trois présentations sur les enjeux des mesures de riposte et de prise en charge pour les acteurs guinéens, qu’ils s’agissent de la population, des agents de santé ou des acteurs politiques et institutionnels. Tout d’abord, Christine Timbo Songbono a présenté ses recherches sur les objets contacts et la transmission de la Covid-19 en milieu hospitalier. Laurent Niouma Koniono a ensuite fait une intervention sur les expériences de soin en CT-Epi et les inégalités de prise en charge concernant la Covid-19 en Guinée. Enfin, Amadou Tidiane Barry a présenté ses travaux sur l’urgence de la Covid-19 et l’ordinaire des ReCo (relais communautaires), ainsi que la vision de la Covid-19 depuis la périphérie. Toutes ces présentations ont été suivies de vingt minutes de discussions afin d’échanger sur les résultats présentés.

  • Session Enjeux des perceptions et des temporalités

Cette session a exploré, à partir de trois présentations, les enjeux des perceptions du risque et de la pandémie pour les acteurs guinéens, ainsi que les temporalités de l’épidémie en lien avec la riposte Covid-19 et l’expérience passée d’Ebola. Tout d’abord, Gassim Sylla a démontré l’impact de la Covid-19 sur les relations sociales en Guinée. Fanny Attas a présenté un policy brief sur la politique des masques en Guinée en temps de Covid-19. Enfin, Frédéric Le Marcis a présenté ses travaux sur la preparedness et a questionné la notion de préparation de la Guinée face aux épidémies depuis Ebola, en analysant notamment les réponses comparées de la Guinée, de la Sierra Leone et du Burkina Faso quant à l’épidémie de Covid. Chaque présentation a été suivie d’une discussion de vingt minutes avec le public en présentiel et en ligne. Cette session s’est conclue sur une discussion de synthèse et un débat avec le public, avant de remercier les participants de l’atelier et de rappeler qu’un autre webinaire et atelier aurait lieu d’ici quelques mois afin de présenter l’évolution des recherches au sein du programme ARIACOV et concernant la Covid-19 en Guinée.

Les vidéos de la journée seront bientôt mises en ligne sur le site à travers notre chaine YouTube.

Une partie de l’équipe des chercheurs en sciences sociales du projet ARIACOV au CERFIG, accompagnés de représentants d’organisations nationales et internationales