Le CERFIG organise le jeudi 3 décembre 2020 un atelier de restitution des résultats préliminaires du projet de recherche « L’ombre portée d’Ebola sur l’épidémie de SARS-COV-2 : Analyse anthropologique de la Covid-19 en Guinée ». Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme ARIACOV porté par l’IRD et du programme Covid-19 en Guinée porté par l’AMREF, tous deux financés par l’AFD. Ces résultats sont présentés par les chercheurs du Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG).

L’atelier est organisé en partenariat avec le Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes (RAEE), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et Sonar Global. Il sera diffusé en ligne via Zoom. Inscriptions à l’adresse suivante :

https://zoom.us/meeting/register/tJ0lcuirqjopHdfRbHaifEgZuy59SXdvYC78

Vous pouvez consulter le programme de la journée d’atelier ci-dessous.

C’est au printemps dernier que le jury de sélection des prix de recherche de la Fondation s’est réuni pour décerner trois prix à des chercheurs au parcours exemplaire, avec le soutien de son fidèle partenaire le Fonds AXA pour la Recherche. Avec la crise sanitaire, les lauréats 2020 n’auront pas droit à une cérémonie de remise de leur prix, comme c’est l’usage, mais ils seront les invités de marque d’un webinaire, organisé par la Fondation sur leur thématique (voir la date pour chacun sous la vidéo).

Lire l’article

Sous la Coordination de : Dr. Ramadan Diallo (CIRD), Dr Marie Yvonne Curtis (CERFIG-MASDEL-UGLCS), Pr Moustapha Keïta Diop (CERFIG-MASDEL -UGLCS), Pr Frédéric Le Marcis (IRD & CERFIG) et Dr Abdou Ndao (CIRD), chaque premier mercredi du mois de 10h à 12h, alternativement au CIRD et Université de Sonfonia aura lieu le Séminaire 3SG : Séminaire Sciences Sociales – Guinée.

Prochaine dateMercredi 14 Octobre 2020 à CIRD (Kipé),

Thème : Éthiques confinées : Quand l’éthique du chercheur dévoile celle des lieux d’enquête

Discutant : Pr Oumou Younoussa Bah Sow, Présidente du Comité National d’Éthique pour la Recherche en Santé de Guinée

 

Contexte

L’éthique semblait autrefois ne concerner que la recherche expérimentale, celle impliquant un travail sur le corps de participants à un essai clinique. Aujourd’hui la réflexion sur l’éthique de la recherche a également gagné les sciences sociales. Mais les questions éthiques se posent-elles dans les mêmes termes en sciences sociales qu’en sciences expérimentales ? Les pratiques éthiques sont-elles uniformes d’un pays à l’autre ? Une pratique éthique universelle est-elle possible ? Sinon comment sont-elles négociées ?

A partir d’un retour réflexif sur les questions éthiques rencontrées lors d’un programme de recherche international portant sur le milieu carcéral de 8 prisons sur le continent africain, cette communication entend discuter de l’éthique en contexte. L’ethnographie en milieu carcéral, parce que les problèmes éthiques y sont exacerbés, joue ici un rôle de révélateur des questions qui sous-tendent l’ethnographie au sens large.

Frédéric Le Marcis, anthropologue, CERFIG – IRD

La pandémie de COVID-19 a entraîné de grandes difficultés qui ont mis à rude épreuve les capacités des institutions nationales en charge de la santé, en particulier dans les pays où les infrastructures sanitaires sont moins résilientes. Toutefois, en république de Guinée cette épidémie a aussi permis de mettre en lumière les avancées remarquables accomplies dans la mise en place d’un système national autonome de laboratoires d’analyses et de diagnostic. La qualité de l’engagement et de la préparation de ce système pour répondre rapidement et précisément à l’épidémie de COVID-19 est le fruit de la bataille précédemment livrée par la Guinée contre une autre maladie : la maladie à virus Ebola.

Lire l’article

Gassim SYLLA, assistant de recherche en Sciences Humaines et Sociales dans le programme ARIACOV-COVEPIGUI et titulaire d’un Master en anthropologie de l’Université Général Lansana Conté de SONFONIA a été classé premier du concours « le livre au service de la lutte contre la Covid-19 ». Son texte s’intitule «Ce que la Covid-19 fait aux relations sociales : d’une expérience intime à la révélation des enjeux sociaux de la pandémie».

Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19 en Guinée, en mars dernier, plusieurs mesures ont été prises par les autorités. Mais, le virus continue de se propager, plus de 4 500 personnes ont été testées positives. Pour contrôler la propagation de la maladie, et venir à bout du virus, plusieurs spécialistes militent pour un dépistage massif de la population guinéenne.

Lire l’article

Début 2013, donc, je suis de retour à Conakry. En décembre de la même année, l’épidémie de la maladie à virus Ebola la plus redoutable de l’histoire démarre à l’autre extrémité du pays. Pendant que les ONG et les urgentistes du monde entier s’activent pour l’endiguer, je me projette dans l’après. Je postule pour coordonner un programme de recherche et de soins lancé par deux institutions françaises, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Inserm, avec l’université de Montpellier, auprès des survivants d’Ebola.

Lire l’article