L’épidémie de Covid-19 a touché la Guinée le 12 mars 2020, entraînant la déclaration de l’état d’urgence sanitaire le 16 mars 2020 et l’obligation du port du masque le 18 avril 2020. L’Organisation mondiale de la santé a émis de nombreuses recommandations insistant sur l’importance du port du masque pour protéger les individus contre la contamination et la propagation de la Covid-19.

Lire l’article

Financé par l’Ambassade de France, avec le soutien de l’Harmattan Guinée, ce séminaire a pour objectif d’initier les participants aux règles fondamentales de l’écriture scientifique afin de leur permettre de pouvoir publier chacun un compte rendu de lecture d’ouvrage.

La cérémonie de lancement s’est déroulée ce lundi 18 janvier 2021 au Centre de Recherche et de formation en Infectiologie de l’Université Abdel Nasser, sous l’initiative de Mme Agnès Cavet, Rédactrice en chef de la revue intitulée ‘’Lectures’’ basée à l’ENS de Lion (France).

Lire l’article

Dans le cadre du programme ARIACOV soutenu par IRD, l’AMREF et l’AFD, l’équipe du CERFIG en Guinée Conakry a produit son premier policy brief intitulé La politique des masques.

Dans de nombreux pays, la riposte contre la Covid-19 a conduit les autorités nationales à imposer diverses mesures barrières contre le virus, au premier rang desquelles figure le port du masque.

En Guinée, l’obligation du port du masque est promulguée le 18 avril 2020. La présente note stratégique analyse les logiques du port ou du non-port du masque par la population guinéenne et propose des recommandations afin de remobiliser les communautés autour de la lutte contre la Covid-19.

Lire le policy brief

Le CERFIG organise avec le soutien de l’Ambassade de France et la participation de la rédactrice en chef de la revue Lectures, Agnès Cavet, un atelier d’écriture qui aura lieu du 18 janvier au 14 mars 2021 au CERFIG à Conakry (Campus Hadja Mafory BANGOURA, Bloc des professeurs, Donka). La participation au séminaire est gratuite mais fera l’objet d’une sélection. Le nombre de participants est limité à 30 personnes, 15 en sciences médicales et 15 en sciences sociales.

Toute personne intéressée par le séminaire et ayant un niveau au moins de Master est invitée à candidater. Les étudiants autant que les enseignants chercheurs ou chercheurs indépendants sont les bienvenus.

Le séminaire consiste en 8 journées de formation sur deux mois, en présentiel au CERFIG (Dixinn) : une journée par semaine. Deux groupes de 15 candidats chacun seront constitués (chacun composé de 7 candidats en sciences médicales et de 8 candidats en sciences sociales). Les séances auront lieu selon les groupes le lundi ou le jeudi. Dans le cadre de cet exercice, il s’agira de maîtriser les codes de la citation, de l’argumentation et de la discussion scientifique ainsi que les bases de l’écriture scientifique. Il sera demandé aux participants d’être présents à toutes les séances et d’effectuer des travaux pratiques entre chaque session (lecture d’ouvrage, rédaction de textes, etc.). Les participants seront également encouragés à rédiger un compte rendu de lecture qui pourra être publié dans la revue Lectures (https://journals.openedition.org/lectures) à l’issue de la formation.

Le dossier de candidature comporte :

  • Votre CV (comportant une photo d’identité)
  • Une lettre de candidature de 5 pages incluant :
  1. Votre présentation et votre motivation à participer au séminaire (1 page)
  2. Votre parcours (1 page)
  • Un exemple de projet de recherche (3 pages) que vous avez mené ou que vous êtes en train de mener (article scientifique, dissertation ou mémoire de recherche, projet de thèse ou de recherche, etc.), argumenté et référencé, incluant une bibliographie
  • Une liste des trois derniers livres que vous avez lus au cours de l’année (référence bibliographique).

Merci d’envoyer vos candidatures avant le 30 décembre 2020 à l’adresse suivante : nounkoumba.doumbouya@cerfig.org.

Toute candidature reçue après cette date ne sera pas prise en compte. Les résultats de la sélection seront communiqués aux candidats dans la 1ère quinzaine de janvier 2021.

Le jeudi 3 décembre 2020 s’est déroulé l’atelier de restitution des résultats préliminaires du programme ARIACOV, « L’ombre portée d’Ebola sur l’épidémie de SARS-COV-2 : Analyse anthropologique de la Covid-19 en Guinée » au Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG). Cet atelier, également retransmis en ligne, organisé par le CERFIG (Centre de Recherche et Formation en Infectiologie de Guinée) et le RAEE (Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes) en partenariat avec Sonar Global et l’IRD, visait à présenter les résultats préliminaires du programme de recherche ARIACOV-SHS (IRD, AFD) et Covid en Guinée (AMREF, AFD) portant sur l’analyse des effets individuels et collectifs des politiques de lutte contre la Covid-19 et de l’expérience de l’épidémie en Guinée. En présence d’une soixantaine de participants – une vingtaine en présentiel et une quarantaine par visio-conférence – les chercheurs en sciences sociales du CERFIG ont présenté les résultats issus de leurs premières recherches de terrain.

Cet atelier a permis de partager le résultat des recherches préliminaires avec les équipes, les autorités de santé en Guinée, les organismes nationaux et internationaux impliqués dans la recherche et la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les organisations humanitaires, mais également le grand public invité via la vidéo-conférence.

  • Session d’ouverture

Cette session a présenté le déroulé de la journée d’atelier, ainsi que les actions de recherche du programme ARIACOV en Guinée, du CERFIG, du RAEE et de Sonar Global. Frédéric Le Marcis a présenté le contexte global de l’épidémie de Covid-19 en Guinée et ses évolutions depuis mars 2020. Son intervention a été suivie par la présentation du Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes (RAEE) par Alice Desclaux et du réseau Sonar Global par Anthony Billaud, présentant notamment les actions de recherches, de partenariat et de diffusion de la recherche de ces deux réseaux. Moustapha Keita Diop est ensuite intervenu sur les stratégies de ripostes contre la Covid-19 en Guinée et les réalités de terrain. Le public en présentiel et en ligne a par la suite participé à une discussion d’une vingtaine de minute sur les thématiques abordées.

  • Session Enjeux des mesures pour les acteurs

Cette session s’est concentrée au travers de trois présentations sur les enjeux des mesures de riposte et de prise en charge pour les acteurs guinéens, qu’ils s’agissent de la population, des agents de santé ou des acteurs politiques et institutionnels. Tout d’abord, Christine Timbo Songbono a présenté ses recherches sur les objets contacts et la transmission de la Covid-19 en milieu hospitalier. Laurent Niouma Koniono a ensuite fait une intervention sur les expériences de soin en CT-Epi et les inégalités de prise en charge concernant la Covid-19 en Guinée. Enfin, Amadou Tidiane Barry a présenté ses travaux sur l’urgence de la Covid-19 et l’ordinaire des ReCo (relais communautaires), ainsi que la vision de la Covid-19 depuis la périphérie. Toutes ces présentations ont été suivies de vingt minutes de discussions afin d’échanger sur les résultats présentés.

  • Session Enjeux des perceptions et des temporalités

Cette session a exploré, à partir de trois présentations, les enjeux des perceptions du risque et de la pandémie pour les acteurs guinéens, ainsi que les temporalités de l’épidémie en lien avec la riposte Covid-19 et l’expérience passée d’Ebola. Tout d’abord, Gassim Sylla a démontré l’impact de la Covid-19 sur les relations sociales en Guinée. Fanny Attas a présenté un policy brief sur la politique des masques en Guinée en temps de Covid-19. Enfin, Frédéric Le Marcis a présenté ses travaux sur la preparedness et a questionné la notion de préparation de la Guinée face aux épidémies depuis Ebola, en analysant notamment les réponses comparées de la Guinée, de la Sierra Leone et du Burkina Faso quant à l’épidémie de Covid. Chaque présentation a été suivie d’une discussion de vingt minutes avec le public en présentiel et en ligne. Cette session s’est conclue sur une discussion de synthèse et un débat avec le public, avant de remercier les participants de l’atelier et de rappeler qu’un autre webinaire et atelier aurait lieu d’ici quelques mois afin de présenter l’évolution des recherches au sein du programme ARIACOV et concernant la Covid-19 en Guinée.

Les vidéos de la journée seront bientôt mises en ligne sur le site à travers notre chaine YouTube.

Une partie de l’équipe des chercheurs en sciences sociales du projet ARIACOV au CERFIG, accompagnés de représentants d’organisations nationales et internationales

Le CERFIG organise le jeudi 3 décembre 2020 un atelier de restitution des résultats préliminaires du projet de recherche « L’ombre portée d’Ebola sur l’épidémie de SARS-COV-2 : Analyse anthropologique de la Covid-19 en Guinée ». Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme ARIACOV porté par l’IRD et du programme Covid-19 en Guinée porté par l’AMREF, tous deux financés par l’AFD. Ces résultats sont présentés par les chercheurs du Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG).

L’atelier est organisé en partenariat avec le Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes (RAEE), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et Sonar Global. Il sera diffusé en ligne via Zoom. Inscriptions à l’adresse suivante :

https://zoom.us/meeting/register/tJ0lcuirqjopHdfRbHaifEgZuy59SXdvYC78

Vous pouvez consulter le programme de la journée d’atelier ci-dessous.

C’est au printemps dernier que le jury de sélection des prix de recherche de la Fondation s’est réuni pour décerner trois prix à des chercheurs au parcours exemplaire, avec le soutien de son fidèle partenaire le Fonds AXA pour la Recherche. Avec la crise sanitaire, les lauréats 2020 n’auront pas droit à une cérémonie de remise de leur prix, comme c’est l’usage, mais ils seront les invités de marque d’un webinaire, organisé par la Fondation sur leur thématique (voir la date pour chacun sous la vidéo).

Lire l’article

La pandémie de COVID-19 a entraîné de grandes difficultés qui ont mis à rude épreuve les capacités des institutions nationales en charge de la santé, en particulier dans les pays où les infrastructures sanitaires sont moins résilientes. Toutefois, en république de Guinée cette épidémie a aussi permis de mettre en lumière les avancées remarquables accomplies dans la mise en place d’un système national autonome de laboratoires d’analyses et de diagnostic. La qualité de l’engagement et de la préparation de ce système pour répondre rapidement et précisément à l’épidémie de COVID-19 est le fruit de la bataille précédemment livrée par la Guinée contre une autre maladie : la maladie à virus Ebola.

Lire l’article

Gassim SYLLA, assistant de recherche en Sciences Humaines et Sociales dans le programme ARIACOV-COVEPIGUI et titulaire d’un Master en anthropologie de l’Université Général Lansana Conté de SONFONIA a été classé premier du concours « le livre au service de la lutte contre la Covid-19 ». Son texte s’intitule «Ce que la Covid-19 fait aux relations sociales : d’une expérience intime à la révélation des enjeux sociaux de la pandémie».

Le Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie de Guinée (CERFIG) en collaboration avec l’IRD, sur financement de l’AFD et l’ANRS COV16, met en place le projet ARIACOV-COVEPIGUI qui vise à
• Analyser la séroprévalence du Covid-19 ;
• Analyser la dynamique de l’épidémie pour permettre de prendre des décisions de Santé Publique fondées sur des faits ;
• Renforcer les capacités diagnostiques des pays à la fois au plan moléculaire du Covid ;
• Comprendre comment les populations et les personnels de santé appréhendent et interprètent le Covid-19 ;


MISSION ET ACTIVITES PRINCIPALES

Sous la responsabilité du Data Manager du CERFIG, l’Agent de Saisie est chargé(e) de l’accomplissement de toutes activités relatives à la saisie des données médicales dans la base de données du projet.


SAISIE DES DONNEES
Saisi les données d’enquête dans la base de données du centre de façon appropriée et régulière.
Réalise régulièrement un état d’avancement des saisies


GESTION DES DONNEES
Participe à la compilation des données
Classe et archive les fiches d’enquête après la saisie ;
Participe à la recherche des données manquantes


REPORTING
Signale immédiatement au supérieur hiérarchique tout problème posé par les données fournies ou par la base de données.


EXPERIENCES ET COMPETENCES
Diplôme : BTS ou équivalent en bureautique.
Expériences requises : 3 ans d’expérience professionnelle dans la saisie de données médicales ou un poste de secrétaire avec pratique des données.
Bonne connaissance des logiciels bureautiques informatiques courants (Word, Excel, Access)


Qualité requises :
• Politesse
• Flexibilité
• Capacité d’autonomie
• Prise d’initiative
• Sens de l’organisation, de la rigueur et de concentration dans le travail
• Capacité au travail d’équipe et sens des responsabilités
• Savoir lire et écrire en français
• Précision et disponibilité.

Prise de poste : Immédiate

Pour postuler, merci de faire parvenir votre CV et lettre de motivation, en précisant la disponibilité en la prétention salariale à l’adresse électronique suivante : nounkoumba.doumbouya@cerfig.org et hadja052000@yahoo.fr


Date de fin de validité de l’annonce : 20 Septembre 2020
Seuls les candidats retenus seront contactés pour test et entretien.